Mes défis sportifs 2017

Grenoble, Mars 2017

A une semaine d’une toute nouvelle épreuve sportive, j’avais envie de partager avec vous mes défis pour cette année 2017. Vous aviez déjà pu constater que l’année dernière, j’épinglais fièrement (et avec les chocottes) des dossards pour me dépasser et surtout continuer à me motiver en course à pied. Cette activité pratiquée d’abord en dents de scie, puis largement sollicitée aux Etats-Unis ne m’a plus lâchée depuis et est en train d’évoluer.

Si au départ le concept de la course à pied ne m’attirait mais alors pas du tout, souvenirs des courses d’endurance de collège où on te fait courir en rond sur une piste alors que dehors il fait -10°, j’ai du revoir mon jugement au fil des ans. On ne va pas se mentir, mes débuts en course à pied ont été des plus laborieux. Tellement difficiles que je n’ai fait que commencer pour abandonner quelques semaines plus tard. J’ai bien tenté de renouveler l’expérience mais chaque fois c’était la même chose. Finalement, c’est à Boston que j’ai vraiment eu le déclic et surtout que j’ai commencé à prendre du plaisir.

– Pourquoi je cours ? –

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je cours et qui me donnent envie de m’accrocher même si ce n’est pas toujours simple (j’aurai aimé avoir des gênes Kenyan et de longues jambes). En voici quelques-unes un peu en vrac qui me passent pas la tête :

Grâce à la course à pieds…

  • … j’ai rencontré et développé des liens assez forts avec d’autres runners. Courir m’a en effet permis de rencontrer un super groupe de filles dès mon arrivée à Grenoble (merci le #dubndiducrewgrenoble).
  • … j’essaie d’épater (un peu quand même) mon champion de copain en lui montrant que petit à petit je gagne en endurance et en vitesse.
  • … j’ai pu éviter de rentrer d’un an et demi passée à Boston en roulant pour cause de surpoids dû à ma gourmandise et mes tests de junk food américaine,
  • … j’ai visité des villes sous un autre angle et beaucoup plus rapidement. (Copenhague, New-York, Los Angeles, San Francisco, le Grand Canyon, et j’en passe)
  • … j’ai l’impression de faire partie d’une communauté privilégiée (j’adore croiser d’autres runners qui te font de grands sourires).
  • … je continue à faire du sport sans avoir à m’inscrire dans un club (plutôt difficile quand on change souvent de ville).
  • … j’ai une bonne excuse pour m’acheter de nouvelles baskets (et des leggins, et des shorts et des hauts…).
  • … j’ai bon espoir de montrer à mes petits neveux que je peux courir plus vite qu’eux encore quelques années (tant que leurs jambes seront plus courtes que les miennes ça devrait aller ahah).
  • … j’ai le plaisir de prévoir des Run&Brunch le dimanche matin (pas folle la guêpe, les récompenses gourmandes ça fait avancer).
  • … je peux vous proposer un contenu un peu différent des voyages et des lectures.
  • … j’ai l’opportunité d’utiliser mes jambes alors que d’autres ne le peuvent pas (ou plus). Ça peut paraître bête mais quand je cours (ou quand j’ai fini plutôt), je me rends compte de la chance que j’ai d’être en bonne santé et de pouvoir faire ce que je veux de mon corps.
  • … je me donne de nouveaux défis qui me rendent fiers de moi (c’est pas rien finalement).

Defis Run The World

En parlant de se donner de nouveaux défis, voyons ce que j’ai en tête pour cette année 2017.

– Mes défis 2017 –

Si vous avez lu mes comptes-rendus de courses, vous avez un aperçu de mon niveau. Je fais encore partie de la #Teamtortue et les kilomètres me font parfois un peu peur. Mais peu importe. L’envie de tenter de nouvelles choses et d’ajouter de la difficulté (comme si ce n’était pas déjà assez dur) à mes défis est bel et bien là. Il faut dire que j’ai 2 acolytes particulièrement motivées (#teamPhoques) qui ont tendance à m’embarquer dans leurs galères.

– Triathlon –

Le gros défis de 2017 comporte non seulement de la course à pied mais aussi de la natation et du vélo. Vous l’avez compris, la petite Camille aimerait bien s’aventurer sur le triple effort avec la participation à un voire plusieurs triathlons ! Oui, rien que ça… Des fois je me demande où je vais chercher ces idées et surtout si je me rends bien compte que c’est moi qui vais devoir faire ça…

Pour préparer au mieux cette entrée en matière, j’ai réorganisé mon planning sportif et j’essaie de maintenir une certaine régularité. Fini la pause canapé, bonjour les kilomètres. La particularité de ce sport est de se focaliser sur 3 disciplines bien distinctes et différentes. Pour éviter de paraître trop ridicule et ne pas perdre la face ni se cramer avant l’étape de la course, il faut maîtriser les autres sports.

Defis Natation

Natation

Première chose, la réintégration de la natation. Quel plaisir de retrouver les bassins et voir que les gestes acquis en club quand j’étais plus jeune sont toujours là. Si j’étais une rapide de la brasse, j’avais de grosses lacunes en crawl. Heureusement, dans notre groupe de filles, on a une pro de la natation. Grâce à ses précieux conseils et à des « cours particuliers », j’ai enfin compris ce que je faisais de mal. Non, on ne retient pas sa respiration et non, on n’agite pas les jambes à tout vas. Du coup, maintenant que j’ai le bon geste, c’est parti pour 2 séances hebdomadaires.

Vélo

Le sport sur les 3 que je ne maîtrise absolument pas. Si j’aime faire du vélo de temps en temps et particulièrement sur les chemins en bord de mer, je n’ai jamais pensé à faire du vélo un sport à part entière. J’étais réticente au début à acquérir un vélo de route mais encore une fois l’influence du chéri a été bénéfique. En août dernier je jetais mon dévolu sur un BTwin Triban de chez Décathlon. Pas de dépenses de folie mais un bon vélo pour des premières sensations excellentes et des sorties en duo concluantes. Pour le moment, j’essaie de caser une sortie le weekend, mais avec l’arrivée du beau temps, j’espère pouvoir en ajouter une seconde. En plus à Grenoble, je peux prendre mes marques sur du plat ou m’envoler une fois les cols grimpés (ça c’est dur !).

Course à pied

Cette discipline, je connais. Je ne maîtrise pas encore à fond mais je sens que les progrès sont présents. L’avantage avec ce sport, c’est que je peux vraiment compter sur mes copines pour me booster et me motiver à sortir même quand il pleut. Pour essayer d’améliorer mon niveau, j’ai casé 3 sorties minimum par semaine. Coach chéri à pimenté tout ça en me faisant un planning sur-mesure pour que je puisse me dépasser et prendre du plaisir en même temps. On alterne donc entre du footing, du fractionné, des côtes et du fartleck. De quoi se donner tous les moyens de réussir.

defis sportifs 2017 dossards

Les courses

On a repéré 3 courses qui nous plaisent bien. Je ne sais pas encore auxquelles je vais participer mais j’avoue que toutes me font bien envie.

  • Léman Thonon Triathlon

Pour le moment, l’objectif principal c’est la préparation du Léman Thonon Triathlon le 10 juillet.  Au niveau du format, on hésite un peu. Soit on part sur le format S (format découverte), ce qui nous parait rassurant pour un début. Au programme, 750m de natation dans le lac Léman –  22 km de vélo avec un dénivelé positif de 386m (ça grimpe) et 5 km de course à pied. Soit on a pu tester nos capacités avant et on se sent confiante sur le format M. Et là on partirai pour 1 500m de natation –  40 km de vélo avec des montées à 15% (ça grimpe dur) et 10 km de course à pied. A voir donc.

  • Triathlon de la Grande-Motte

Celui qui pourrait bien être mon premier. En terre connue mais avec la natation en pleine mer, ce triathlon au format S me fais les yeux doux. L’avantage c’est que je pourrais avoir pleins de visages familiers parmi les supporters et que ça m’aidera certainement à garder la pêche tout au long de l’épreuve. La petite appréhension réside dans la mer mais surtout sur la date. On parle quand même du 14 mai. C’est loin et tout proche à la fois. Pour le format, celui du S me plaît beaucoup avec 750 m de natation – 20 km de vélo sur du plat et 5 km de course à pied. Tentera, tentera pas ?

  • Triathlon du Salagou

Dans la foulée de la Grande-Motte et avec un décor de fou, le triathlon du lac du Salagou se déroulera les 10 et 11 juin. Un peu plus de temps de prépa ou de quoi prendre un peu plus d’assurance pour Thonon. C’est un format plus petit pour lequel j’opterai, le XS avec 300 m de natation dans le lac du Salagou-  8 km de vélo sur route et 2 km de course à pied en mode trail. Pourquoi ce format ? Tout simplement parce que sinon on passe directement au M avec 1,2km de natation, 40km de vélo et 9km de trail. Ce qui reste de faire beaucoup pour des débutantes comme nous. Ici, le cadre m’attire vraiment beaucoup et pareil, je connais l’endroit. Ca rassure un peu.

  • Aquathlon de Grenoble

La fameuse nouveauté qui me fait écrire cet article. Histoire de prendre la température et de voir un peu ce que ça pourrait donner, on a trouvé à Grenoble un aquathlon. Direction donc la piscine olympique dimanche prochain pour 800 m de natation et 4 km de course à pied typés cross. Ce format S nous plait bien. Pas trop long et pas trop court non plus. Surtout, le fait de nager dans une piscine est franchement rassurant pour un premier test. Autant vous dire que depuis quelques jours je suis super excitée à l’idée de participer à ce format de course mais qu’en même temps je stresse un peu. Le niveau à l’air bien relevé et je vais me donner à fond pour évite de finir bonne dernière. Je vous raconterai tout en détails quand l’épreuve sera passé. En attendant, je compte sur vous dimanche après-midi pour m’envoyer vos bonnes ondes.

Defis Velo

– Trail –

Les montées et moi ne sommes pas très copines. Très vite j’ai le cœur qui s’emballe, les jambes qui durcissent mais que voulez-vous, j’aime les jolies vues. De plus, le fait de courir en pleine nature me ravie beaucoup plus que d’allonger des kilomètres sur du bitume. Nouveau défis donc, prendre le départ d’une course de trail. Si l’année dernière j’avais fait le repérage de la Course du Trail des Passerelles (endroit sublime que je vous montrerai bientôt), je n’avais malheureusement pas pu participer à la course du 14 juillet. En 2017, j’aimerai donc bien pouvoir m’élancer sur les passerelles avec les autres participants.
Avant ça, mon premier test du trail en compétition arrive très vite. Rendez-vous le 23 avril pour le Trail découverte du Lac de Paladru. Grâce à ce format découverte, je peux me lancer sur un trail de « petite distance ». But du jeu, parcourir les 14 km  380mD+ en essayant de ne pas trop souffrir et en profitant un maximum. Sans pour autant bien sûr arriver dernière ^^ Gros avantage de ce trail, on va pouvoir profiter du lac l’après-midi avec des activités gratuites proposées autour et sur celui-ci. Ca sera aussi l’occasion de tester la nage en eau libre (je ne perds pas le Nord l’objectif ultime).

Defis Running

– Semi-marathon –

Je l’inscrits mais il reste encore une option très optionnelle, le semi-marathon. J’espère cette saison avoir l’occasion d’augmenter progressivement ma capacité d’endurance. Le but étant de réussir à courir le semi-marathon de Lyon en septembre. Tout ceci, dans l’optique de participer en 2018 à des courses longues distances dans d’autres pays. Pourquoi pas aller courir un semi-marathon à Porto; Stockholm ou à Berlin par exemple.

Voilà pour ma liste des défis sportifs 2017. Les mettre par écrit et vous les dire me donnera encore plus de motivation pour me dépasser. J’espère ne pas avoir vu trop grand et pouvoir en réaliser au maximum. En attendant l’entrainement m’attends et surtout je n’oublie pas de prendre du plaisir à tout cela, sinon ça ne sert à rien.

Quels sont vos objectifs sportifs 2017 ?
Des conseils pour le triathlon ? Pour le trail ? Pour le semi ?

 A très vite. 

 

13 comments Add yours
  1. Salut Camille, j’ai encore lu avec beaucoup de plaisir et d’intérêt le récit de tes exploits sportifs passés et à venir. Je me délecte de te façon de t’exprimer. Particulièrement touchée par le sujet car je cours également (depuis 3 ans), je me suis reconnue un peu dans ce nouvel article.. J’avoue cependant que courant principalement seule, à part sur l’endurance (vitesse et temps de course), je n’ai pas amélioré mes performances outre-mesure. J’aime cette liberté de pouvoir aller se défouler quand je veux, sans contrainte horaire, ni journalière. Traverser les sentiers forestiers, fouler le sable et respirer l’air iodé, au rythme de mes musiques préférées… Bref, je prends du plaisir et c’est là l’essentiel. Tenter le triathlon m’attirerait comme toi, d’autant plus que j’aime faire du vélo et nager (comme toi pour la brasse, très à l’aise et pour le crawl, la cata ! merci pour les conseils d’ailleurs, pour les jambes, je comprends que c’est ça qui doit m’épuiser à chaque fois !)
    Bravo pour ton blog, tu as beaucoup de talent. (PS : je partage à 100% ton listing de motivations pour courir : moi aussi, cela m’arrive souvent de penser aux personnes handicapées et au bonheur d’être en pleine forme physique alors ma motivation à courir décuple). Bon dimanche, et tous mes encouragements en provenance de St Jean de Monts
    Virginie N.

    1. Hello Virginie !
      Merci pour ces compliments ça me fait super plaisir (et rougir aussi) 🙂
      C’est vrai que courir en groupe aide à progresser, c’est toujours plus facile de souffrir à plusieurs sur une séance de fractionnée héhé
      J’aurai pu ajouter ça dans les points qui me font aimer courir, pouvoir y aller quand on veut et où on veut. C’est tellement grisant de se réapproprier des lieux en les parcourant en petites foulées.*
      Pour le triathlon, j’avais repéré celui de la Roche (pas si loin de St Jean de Monts). D’ailleurs dans une ville comme la tienne où il y a tous les éléments pour faire un chouette triathlon, peut-être qu’ils en organisent un ? Dit moi si oui, on pourrait le faire ensemble !

      Bonne semaine et à très vite.

      1. Salut Camille, heureusement que ta mère m’a dit que tu m’avais répondu car je n’ai pas eu de mail sur ma messagerie,, alors c’est super sympa de te lire.
        Donc oui, Saint Jean de Monts est l’endroit idéal pour faire des triathlons, d’ailleurs il y a un club. Le prochain, c’est en juin (les 24 et 25).
        Dans ma famille, mon cousin est super bon en trail ou triathlon, c’est pour dire, il arrive souvent 1er (sur le trail de St Jean en juin, il est arrivé 1er sur un 20km, à 19km/heure de moyenne, c’est fou !!) mais le gêne de la performance n’est pas passé par moi ! Enfin, l’essentiel, c’est de se bouger et il est vrai que même fatiguée ou peu motivée, j’arrive toujours à chausser mes baskets à la perspective du plaisir que j’aurai en rentrant de ma course. Bon entrainement et bonne chance pour dimanche, A+ Virginie

  2. Coucou 🙂 Ravie de te retrouver et dans quelle forme olympique ! Waouh !!! Chapeau et félicitations ♥

    Pas de défi sportif pour moi, sauf si on compte mes tentatives avortées de reprise du stepper 😉 L’intention ne suffit pas … mais je persévère 😀

    Belle et douce journée 🙂

    Plein de bisous doux ♥

    1. Merci Isabelle !! J’essai de garder la pêche et surtout le cap pour ne pas perdre tous les progrès que j’arrive enfin à voir depuis quelques temps ^^
      Courage pour le stepper une fois lancée, ça devrait repartir tout seul !

      Belle journée à toi aussi 🙂

  3. Au taquet ! Bravo !
    C’est marrant je me retrouve dans les « pourquoi tu cours » 😉 : Run & brunch, voyage, fierté, dépassement de soi, heureuse de pouvoir courir, étonner les autres, partager un sourire, un salut, un bravo avec d’autres coureurs…
    En tout cas, de sacrés défis t’attendent cette année ! J’espère un jour pouvoir faire un Triathlon (mais j’aime pas faire du vélo alors il y a du boulot :D)
    Je te souhaite bon courage et de belles réussites 😉

    1. Merci beaucoup 🙂
      Si tu n’aimes pas le vélo, tu peux toujours faire de l’aquathlon (nage et course) c’est hyper sympa comme format et ça te permet de tester le double effort. Le vélo viendra surement par la suite héhé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *