Mes courses grenobloises en 2016

Grenoble, février 2017

Les beaux jours reviennent et réveillent de nouveaux objectifs sportifs. L’année dernière j’ai commencé à prendre part à mes premières courses officielles. Même si les résultats sont dignes de ceux d’une tortue, je suis encore plus motivée à en découdre cette année avec de nouveaux défis.


Courses Grenoble 2016

Avant de vous parler de mes prochains dossards à accrocher, je voulais revenir sur trois courses que j’ai pu faire à Grenoble en 2016. Prêts à enfiler vos baskets ?

Faute de temps et surtout de photos (ma super maman n’étant pas présente sur ces courses), je n’ai jamais pris le temps de vous faire des compte-rendu sur mes courses Grenobloises. Pourtant elles sont toutes signes d’un réel plaisir, de progression et de partage.

🏃🏻‍♀️

– La Course de la Résistance –

courses Grenoble Course de la Resistance

8 mai 2016. Course de la Résistance, 8,5km en 55 minutes.

Une semaine après mon « exploit » personnel sur la Course des 2 plages, j’épingle de nouveau un dossard. Cette fois, c’est avec mes copines du Dubndiducrew Grenoble que je prends le départ. Certitude pour cette course, je suis totalement capable d’arriver au bout. J’ai bien couru 12,5km le weekend dernier, c’est pas 8,5km qui vont me faire peur !

courses Grenoble Course de la Resistance

Petit footing d’échauffement, quelques photos de la joyeuse troupe et on prend place dans l’énorme troupeau de coureurs prêts à s’élancer. Musique dans une oreille et les copines de l’autre côté, le départ est donné sous un grand soleil. Les 2 premiers kilomètres sont rapides (5min/km) mais je me sens bien et je suis Héléna et Jess sans me rendre compte du rythme. On longe l’Isère et la route se ressert sur un passage autour d’une barrière où une personne peut passer à la fois. C’est à ce moment là que je me fais bloquer par une dame qui me séparera des filles et me ralentira pendant un bon moment.

Une fois la coureuse dépassée, je me retrouve seule mais je reprends petit à petit mon rythme autour des 6,20min/km. Comme le groupe devant moi parait loin et que je n’ai personne derrière, je mets mon second écouteur et je me laisse porter par la musique. L’air de l’Isère fait du bien car il commence à faire bien chaud.

courses Grenoble Course de la Resistance

A mi-parcours, alors que je commence à avoir du mal à garder le rythme, ma musique se coupe. J’entends la voix de ma maman. « Maman? ». Les coureurs qui sont à mes côtés à ce moment-là me regardent bizarrement et se demandent ce qu’il m’arrive. Il s’avère en fait que mon téléphone a décidé que j’avais besoin de soutien et je me retrouve toute essoufflée à expliquer à ma mère que non, je ne peux pas lui parler là, tout de suite, maintenant. Elle raccroche et je continue sans musique ni indication de temps, mon appli s’étant arrêtée par la même occasion. Pour la petite anecdote, le téléphone à rappeler une dernière fois et ma maman, sachant que j’étais en pleine course n’a pas décrochée. Ma poche étant quasi inaccessible, je lui ai  donc laissé un joli message de respiration de mammouth en plein effort.

Une pancarte indique « dernier kilomètre » yeah ! J’essaie d’accélérer tant bien que mal et j’arrive dans le parc. De loin, je vois l’arrivée. Mais on m’a prévenu, attention à ne pas te cramer, il faut d’abord faire le tour du Stade des Alpes. Qu’il est graaaand ce stade ! Interminable et en plein cagnard. Le kilomètre ultime semble en faire bien plus (mauvais placement des pancartes, il restait finalement 2 km). J’ai chaud, je peine un peu mais l’ultime demi-tour me boost et je vois des copines qui arrivent à l’entrée du stade. Petit encouragement et je file rejoindre cette ligne que j’attends depuis un moment. De loin je vois 54 minutes et quelques, j’accélère autant que je peux mais ça ne suffira pas pour garder ce chrono. Au final, je passe la ligne d’arrivée en 55’27, hyper contente et complètement desséchée.

courses Grenoble Course de la Resistance

Je retrouve les autres membres du groupe et on encourage les filles du groupe qui me suivent de près. Un passage sous les jets d’eau est le bienvenu et nous rafraîchit agréablement. Pour couronner cet effort collectif, rien de mieux qu’un bon brunch pour se requinquer !

Je suis super contente d’avoir amélioré mon allure globale, même si c’est très léger, c’est déjà ça. En plus, il y avait encore 150 personnes derrière moi (dont 55 de ma catégorie) donc youyou je ne suis pas dernière ahah.

courses Grenoble Course de la Resistance Course de la Resistance Grenoble 2016 Et en 2017 ? La course se déplace à Chambaran (départ donné au cœur de St-Etienne-de-St-Geoirs, village natal de Rose Valland, historienne d’art et résistante qui a participé au sauvetage de 45 000 oeuvres d’arts volés par les Nazis).
En plus de se délocaliser, la Course de la Résistance se diversifie et propose le traditionnel 8km, mais aussi un trail (seul ou en équipe) de 24km et un parcours vélo.

🏃🏻‍♀️

– Les 10km Courir à Grenoble –

courses Grenoble 10km Courir à Grenoble

4 septembre. 10km Courir à Grenoble, 10km en 1h05

Dernier dossard accroché en juin dernier avec les 8km des Foulées du Gois que j’avais adoré et où j’avais couru à un tout petit peu moins de 10km/h. Bien que depuis j’avoue avoir un peu fait ma feignante, j’espérais à l’issue de ce 10km (mon tout premier), me rapprocher au plus près des 1h.

Encore une fois, on a de la chance avec la météo. C’est sous un grand soleil que Maxime (qui participe aussi) et moi nous rendons au parc, lieu du départ (et de l’arrivée d’ailleurs). La Course de la Résistance m’ayant servi de leçon, c’est donc en short et débardeur que je vais courir (choix des plus judicieux).

Courses Grenoble 10km

Sur la ligne de départ je retrouve mes copines Caro et Maelin avec qui je ne ferais que les premiers kilomètres, leur rythme étant bien plus élevé que mon niveau tortue. Maxime lui se place à l’avant. Avec sa foulée de champion, il finira la course en 36′ (rien que ça).

845 personnes qui passent sous une petite arche, ça fait une sacrée foule. C’est donc en troupeau et sous un voile de poussière que se fait le départ. Pas facile de caler son rythme et comme toujours je pars trop vite. Petite nouveauté sur cette course, j’ai une montre qui, configurée grâce à Caro, me donne le rythme et vibre quand je vais trop vite ou que je ralentis trop par rapport à mon objectif.

Les 5 premiers kilomètres se passent super bien. Je passe devant le ravitaillement en 30 minutes pile poil. Je suis sur la bonne voie d’autant que depuis 2 kilomètres, je me suis calée sur le rythme d’un père et sa fille qui se sont fixés 1 heure eux aussi. Comme tout va bien pour moi, je décide de continuer sans m’arrêter ni boire.

Courses Grenoble 10km courir a grenoble

Et puis au 7ème kilomètre, gros coup de moins bien. Mes jambes sont lourdes, j’ai du mal à garder le rythme. Je me dis que j’aimerai bien galoper comme les premiers sans doute déjà arrivés depuis longtemps étant donné qu’on les a croisé dans l’autre sens à peine à notre 4ème kilomètre. Mais pourquoi je n’ai pas des jambes de gazelles ? Et surtout pourquoi il faut toujours que je me relâche dans ma pratique de la course alors que je commençais à faire des progrès ?

Le père qui a été lâché par sa fille un peu plus tôt revient à mon niveau et on commence à discuter. Ca me rebooste un peu mais je sens que c’est difficile. Toutefois, je continue d’avancer et au bout de la berge, j’aperçois Maxime qui revient vers moi pour m’accompagner dans le dernier kilomètre. Ca me fait un bien fou et je me cale dans ses pas, laissant mon copain du moment accélérer un peu plus pour rejoindre sa fille qui semble elle aussi peiner quelques mètres devant.

Courses Grenoble 10km courir a grenoble

La petite accélération produite par mon regain de fierté en voyant mon chéri venir me chercher ne plaît pas vraiment à mon organisme. C’est donc quelques mètres avant l’arrivée que je suis obligée de m’arrêter glamoureusement vomir derrière un arbre. Ceci étant fait, je repars comme si de rien n’étais et je termine ma course avec un temps décevant de 1h05.

Ma puce remise aux bénévoles, je retrouve les copines très contentes de leur course et surtout je vais pouvoir boire ! Et puis comme chaque fois que je termine une course, je suis hyper contente de l’avoir fait et j’oublie bien vite mon chrono en me disant que oui, je l’ai fait, j’ai couru 10km et ça s’était pas gagné en sachant qu’il y a peu je détestais vraiment l’endurance. Encore une fois, je suis vraiment conquise par l’ambiance et l’entraide entre les coureurs et je remercie Jean-Marc de m’avoir accompagné un petit bout de chemin.

Et en 2017 ? J’ai bien envie de prendre ma revanche sur cette course et je note la prochaine édition qui se déroulera le 10 septembre.

🏃🏻‍♀️

– L’Ekiden de Grenoble –

courses Grenoble Ekiden

23 octobre. Grenoble Ekiden, 5km en 29’21.

Dernière course de la saison, avec l’Ekiden : un marathon en équipe. Toujours avec les copines du DubndiduCrew, on alignera 2 équipes de 6 filles. Le principe est simple, parcourir les 42,195km en relais de 5km-10km-5km-10km-5km-7,195km.

Contrairement aux autres courses Grenobloises, c’est sous une pluie fine que je me rends sur le lieu de la course. Il fait frais mais je décide quand même de courir en short, je suis plus a l’aise. Je rejoins les filles parmi une foule immense et on se dirige vers nos sas qui sont côtes à côtes. Petit surprise, le sas de l’autre côté est celui de Maxime et de son équipe. C’est top !

Ekiden courses Grenoble Dubndidu

Je suis la première à partir. Mon objectif sur ce 5 kilomètres, faire 30 minutes max. Je sais que j’en suis capable et je compte sur l’euphorie du départ pour me donner des ailes. Je prends place dans le milieu de peloton avec Céline, première relayeuse de la seconde équipe et pour qui s’est la première course officielle. On stress un peu car on ne nous a toujours pas donné notre chouchou, censé servir de témoin pour le passage de relais. On fera finalement sans, l’organisation le donnera à notre successeur directement.

On sautille sur place et on espère que la pluie ne va pas trop s’intensifier pendant le reste de l’épreuve qui devrait durer près de 4 heures. Le départ est donné et c’est parti. Devant, ça part comme des flèches, impressionnant. Je décide de faire ma course sans regarder la montre pour ne pas me stresser. J’ai froid et mes genoux sont congelés, c’est difficile d’autant qu’il faut éviter pleins de flaques et que certains doubles pour se caler sur mon chemin et ne plus avancer grrr. Je regrette un peu de ne pas avoir pris ma musique, le parcours n’ayant rien de fou, un aller-retour sur du bitume avec un mini passage sur les berges.

Courses Grenoble Ekiden Dubndidu Crew

Au 2ème kilomètre, j’aperçois Maxime qui revient déjà pour son passage de relais (quel champion !). Ca me motive et j’accélère le mouvement. Le fait de revenir sur ces pas me donne des repères et je sais que je peux y aller. Une petite montée vient alourdir les jambes mais je suis contente, je double pas mal de monde dont plusieurs avec des ailes de fées. J’arrive au niveau de l’arche qui affiche 27 minutes. Youhou ! Il me reste un bon passage avec un gros virage et j’entends les filles m’encourager. Je sprint et je passe le relais à Jess. J’arrête ma montre, 29’21 !! Défis relevé !

La pluie ne s’est pas arrêté, au contraire. Je me couvre vite et je prends part à l’euphorie du groupe, donnant quelques conseils aux filles pour éviter les flaques notamment. Céline arrive quelques minutes après, elle est fière d’elle et nous aussi. On échange sur nos ressentis et on se place vers la barrière du milieu pour crier nos encouragements à Jess qui repart pour un second tour.

Ekiden courses Grenoble Equipe Dubndidu

C’est seulement au 3ème relai que la pluie cesse enfin (ouf). On en profite pour aller se ravitailler un peu et surtout se réchauffer avec un bon thé bien chaud. Ca fait du bien et on est au taquet pour continuer à encourager nos équipes. A côté le niveau est bien plus élevé, ils en sont quasiment à leur dernier relayeur. Toutefois, on n’a pas à rougir, on revient toutes avec un petit record personnel sur ce parcours pourtant pas vraiment exceptionnel et ce temps tout gris.

Le dernier relais passé, on attend que les filles repassent pour abandonner notre sas et nous diriger vers la l’arche d’arrivée. Résultats des courses, mon équipe termine en 3h47min41s et se classe 547/774 (21/61 équipes de filles). Une chouette chrono pour une première course toute ensemble. La seconde équipe termine en 4h05min50s, temps vraiment top sachant que pour beaucoup c’était leur première course.

On repart toutes hyper contentes de ce relais. C’est une première et je trouve le concept bien sympa. Ca renforce les liens et les différentes distances permettent à tous les niveaux de participer. Seul petit bémol que je trouve dommage, c’est qu’avec tous les photographes sur place, on n’est accès qu’à une trentaine de photos en ligne. Heureusement que j’ai pensé à en prendre quelques unes avec mon téléphone pour qu’on ait des souvenirs de cet effort en équipe.

Courses Grenoble Ekiden

Et en 2017 ? J’espère qu’on aura l’occasion de reformer des équipes pour reprendre le départ de l’Ekiden le 22 octobre prochain. Qui sait, le soleil sera peut-être de la partie cette fois-ci.

🏃🏻‍♀️

Cet article étant déjà bien assez long comme ça, je vous parlerai de mes prochains défis plus tard. Je peux juste vous dire que l’effort sera décuplé et que je compte bien améliorer mes chronos. La tortue voudrait bien passer la vitesse supérieure 😉

Des objectifs sportifs en vue pour 2017 ?
Votre course favorite ?

A très vite. mavielabas-running

 

 



1 thought on “Mes courses grenobloises en 2016”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


error: Content is protected !!