Mon premier triathlon Sprint en équipe

Echirolles, Mai 2017

Et voilà ! Je peux le dire, je suis triathlète ! Bon une triathlète débutante et loin d’être future championne de France mais je dois l’avouer, je suis un peu fière de moi quand même. Il y a encore un an je n’aurais pas parié un euro sur le fait de réussir une telle épreuve. Et voilà que dimanche 14 mai 2017, je franchissais la ligne d’arrivée de mon premier triathlon après avoir enchaîné nage, vélo et course à pied. Je vous raconte tout ça ?

Triathlon S Echirolles

– Mon premier triathlon –

Le triathlon, ce sport un peu fou qui fait rêver et peur à la fois. En finir un était dans ma liste des défis sportifs de cette année et aujourd’hui je peux le dire, je l’ai fait ! Comme je vous l’expliquais à J-2 du grand jour, j’ai choisi de me lancer sur un format Sprint soit 700 m de natation, 17 km de vélo et 5 km de course à pied. Pour être sûre de mettre toutes les chances de mon côté, ce n’est pas seule que je prenais le départ mais avec 2 copines. Si j’ai l’habitude de courir en groupe, pour la nage et le vélo c’est une toute autre histoire. Mais chaque chose en son temps, voici comment se sont déroulées les épreuves.

Triathlon S echirolles

– Mise en place au parc à vélo –

Finalement s’installer dans le parc à vélos c’est peut-être une épreuve à part entière. Quand on arrive, on se fait d’ambler arrêter par les arbitres. « Les filles, casques sur la tête et attachés ! Où sont vos dossards ? » Heureusement, on est arrivée tôt et un arbitre bienveillant nous a pris sous son aile pour nous expliquer toutes les petites règles qui nous auraient échappées. Casques et dossards OK, on peut avancer de 2 m. Arrêt tatouages mollet et bras gauche. Et 2 m plus loin, petit check de nos vélos. Tout semble en ordre, on est autorisé à aller s’installer. On a une heure pour organiser nos transitions de la façon la plus logique. Aucun sac ne doit rester sur la zone. En s’inspirant des autres concurrents, on décide de mettre casque et lunettes sur la scelle du vélo, une serviette ouverte pour s’essuyer les pieds rapidement et le porte dossard est avec le T-shirt et les chaussettes. Je repense à toutes les petites astuces publiées ici, je tente d’attacher mes chaussures au vélo pour qu’elles restent droite mais je n’avais pas vérifié avant si j’avais une petite languette derrière pour m’aider. Evidemment je n’en ai pas. Après des tentatives infructueuses, une chaussure tient mais l’autre balance dans le vide. Tant pis, je laisse comme ça, j’anticiperai tout à l’heure. Il est l’heure de rejoindre la piscine pour le briefing et un petit échauffement.

Triathlon S Echirolles parc velos

Triathlon S Echirolles parc velos

– Natation –

La partie natation se déroule dans une piscine extérieure de 50 m. Rassurant pour une première fois de retrouver les lignes droites des bassins, une eau limpide et de pouvoir s’aider un peu en poussant à chaque demi tour. Si c’est clairement sur cette partie que la différence de niveau s’est fait ressentir entre nous 3, j’ai quand même tout donné pour essayer de suivre Caro. Pauvre Caro qui s’est d’ailleurs fait réprimander car elle allait trop vite et creusait l’écart sur le reste du groupe. Et oui, qui dit triathlon en équipe dit groupement à chaque instant. Sur cette partie natation j’ai eu de bonnes sensations mais j’ai commencé à avoir mal à la tête en milieu de parcours. Au vu de ma courbe, ça n’a pas vraiment influencé mon allure mais ça a clairement altéré ma sortie d’eau. La sortie d’eau, parlons-en ! Si durant l’aquathlon je m’en étais sortie comme une chef, ce n’était pas vraiment le cas dimanche. Gros moment de solitude quand j’ai du m’y reprendre à 3 fois avant de réussir à glisser tant bien que mal sur le ventre tel un phoque en plein effort. La faute à la crème étalée quelques minutes plus tôt pour éviter les frottements et les coups de soleil. C’est donc sous l’œil rieur des arbitres (et sûrement du public) que j’ai enfin réussi à rejoindre mes compères et partir au petit trot sur un tapis rouge pour rejoindre nos vélos.

Ce que j’ai retenu de la natation : nager en équipe c’est super difficile et j’ai du boulot dans l’exercice de profiter de l’aspiration. Une odeur de saucisses grillées m’a vraiment troublée sur mes premières inspirations, j’avais l’impression de manquer d’air. Il y avait une petite cible au fond de l’eau sur laquelle j’ai fait fixette, je me demande toujours ce qu’elle fait là… Je suis vraiment à l’aise dans l’eau et je commence à bien maîtriser mon crawl avec une vitesse hyper constante. Va falloir bosser la vitesse maintenant. Mettre de la crème sur les bras avec une sortie de bassin par le mur, plus jamais !

A ma montre, 15’42 pour 700 m (je visais 16′, je suis contente même si j’aurai aimé réussir à suivre la sirène devant moi)

Triathlon S Echirolles natation

– Transition Natation > Vélo –

Mise à part le petit incident de sortie de bassin et le bonnet qui ne voulait pas quitter ma tête, on a réussi à trottiner jusqu’au parc à vélos sans soucis. Un peu de mal à repérer notre emplacement, il faut dire qu’avec tous les vélos et l’euphorie, on passe facilement devant sans s’arrêter. Pieds sur la serviette, petite gorgée d’eau, un croque dans la pâte de fruit, enfilage du T-shirt, du porte-dossard, des lunettes, du casque et des chaussettes. Je cris aux filles que j’avance vers la ligne pour mettre mes chaussures. Elles sont en baskets donc me rejoignent rapidement. Juste devant le SAS vélo, je mets un pied dans ma chaussure qui est attachée à la pédale du vélo. Et là je me fais rabrouer par les arbitres : « Non, on ne t’as pas donné l’autorisation ». Je ne comprends pas, je ne vais pas monter sur le vélo. Ils sont intransigeants, je ne dois pas toucher à mes chaussures. Mince. Après la ligne où l’on peut enfin grimper sur nos montures, je perds un peu de temps à enfiler une des chaussures qui s’est retournée, l’autre sera mise en roulant. J’entends les juges hurler « restez en groupe ». Hop petite danseuse et je file rejoindre les filles devant.

Au final, on aura quand même passé 5 minutes sur cette transition. Le temps défile vite !

Triathlon S Echirolles transition velo

– Vélo –

Une fois les filles retrouvées, je prends la tête du groupe. Celle-là, c’est ma partie (enfin normalement). Je maintiens une allure de 25km/heure sur le plat mais j’ai du mal à voir si le rythme convient. On a de trop grands espaces entre nous, on est clairement pas habitué à rouler en groupe. Certains bénévoles nous disent de profiter de l’aspiration mais les filles n’arrivent pas à se coller. Pas facile quand on n’a pas l’habitude de rester dans la roue de quelqu’un d’autre. La route est franchement mauvaise. Il y a des trous partout, j’ai peur de crever. A un rond point, je me laisse distraire par un groupe de vélos qui arrive dans l’autre sens et je pars dans la mauvaise direction. Heureusement je fais vite demi-tour et c’est reparti. On tient un bon rythme, personne ne nous a encore doublé (c’est un contre-la montre), on est contente. Arrive la fameuse montée tant redoutée. Je ne sais pas pourquoi, je pense à bien descendre mes vitesses mais oublie totalement les plateaux. Je vais le payer cher. Déjà j’ai mal aux cuisses et quand je m’en rend compte, je déraille ! Et oui, en montée le passage de vitesse c’est dangereux. Du coup, obligée de m’arrêter et remettre la chaîne (heureusement je sais faire ouf). Dur, dur ensuite de repartir en pente. Je me fais rattraper par un groupe de filles hypers encourageantes et j’essaie de ne pas les lâcher. Chloé et Caro ont du m’attendre en haut, on peut vite repartir. Ma partie préférée, la descente et ses 50km/h. Ça fait du bien de retrouver des sensations de vitesse d’autant que ma moyenne en a pris un coup avec mes bêtises. La dernière portion sur le plat nous sert à faire tourner les jambes pour éviter de trop souffrir sur la course.

Ce que j’ai retenu du vélo : pédaler entre la nage et la course, c’est un pur bonheur ! La prochaine fois je resterais plus concentré sur mes vitesses et plateaux avant la montée (erreur de débutante totale) et je vais continuer à rouler avec Maxime pour m’entraîner à prendre l’aspiration et améliorer ma vitesse sur plat et surtout en côtes. Pas facile d’accélérer quand tu ne sais pas si derrière ça suit ou si le rythme est trop rapide. Aucun soucis à déplorer quand au fait de manger et boire sur le vélo. Bref, tout roule, sauf que je suis quand même un boulet…

A ma montre, 48’21 pour 17 km (21km/h de moyenne, c’est pas si mal)

Triathlon S Echirolles velo

– Transition Vélo > Course –

A la vue des arbitres j’anticipe et je retire mes pieds des chaussures. Je descends du bolide en chaussettes juste devant la ligne, je suis fière, pas de chute ahah. Courir à côté du vélo ce n’est pas vraiment naturel mais on s’habitue. Retour au parc sans encombre. Enfilage de chaussures rapide, je garde les lunettes de soleil, il fait vraiment chaud et la lumière du soleil est assez forte. On part au petit trop pour un aller-retour.

2’10 environ pour repartir, beaucoup moins de choses à penser, c’est plus facile.

Triathlon S Echirolles transition velo course

– Course à pied –

Je suis tellement concentrée que je ne vois même pas Maxime à côté de moi. Heureusement que les copines sont là pour me sortir de mon mode off. Ça me fait un bien fou de le voir, mais ça n’aide pas mes jambes à faire de plus belles foulées. Dommage. Au niveau du parcours, ce n’est franchement pas un endroit de rêve. On doit rester sur les trottoirs car la course n’est pas fermée aux voitures et on va passer sur un terrain boueux avec de grosses flaques d’eau. Par contre le fait que ça soit un aller-retour me plaît bien, je saurais où j’en suis dans l’autre sens. J’avoue avoir du mal à suivre les copines. On s’était dit 5 km en 30 min, mieux si on peut. Chloé nous donne le rythme pour rester sur du 6min/km avec l’ambition de bien dérouler sur les 2 km du retour. Une fois au bout du parcours, on s’asperge d’eau, ça rafraîchit et fait du bien. Un groupe de mecs aux longues jambes nous double à ce moment là, grr, on ne les rattrapera pas. Si les filles avancent bien, perso je subis les dernières minutes de course. Je m’en veux de ne pas être capable d’accélérer et j’ai du mal à prendre ma respiration mais je ne lâche pas ce rythme de 6min/km. C’est déjà ça. Les bénévoles sont vraiment au top, ils nous encouragent. Chloé me booste bien et quand on rejoint enfin la piscine je m’aperçois que je n’ai même pas le jus pour un sprint final. C’est bien la première fois que ça m’arrive. Quand on passe l’arche d’arrivée, on sait déjà qu’on a réussit un sub 1h45. Après vérification, on termine en 1h41’38 soit 4 minutes de moins que ce que l’on avait espéré. On est tellement contentes de ce temps qu’on met un moment à réaliser : on est triathlètes !

A ma montre, 31’37 pour 5,26 km (10km/h de moyenne, j’aurais aimé pouvoir faire un peu mieux)

Triathlon S Echirolles course a pied

Triathlon S Echirolles course

– Résultats et sensations –

Alors, verdict ?

Mes émotions sont passées par plusieurs caps. L’appréhension avant le départ. L’excitation dans le parc à vélo. Le stress au décompte de l’arbitre. La mise en off dans la piscine. La honte sur la sortie d’eau. La motivation de fou une fois en selle. L’énervement dans la montée par mon manque de lucidité sur les vitesses. L’euphorie dans la descente. L’appréhension au départ de la course. La frustration de ne pas pouvoir aller plus vite. La joie de voir l’arche d’arrivée. Le plaisir d’avoir couru avec les copines même si être en équipe n’est pas toujours évident. La fierté d’avoir terminé. L’envie de recommencer très vite. La volonté de m’entraîner plus et de perdre quelques kilos pour être plus performante et moins subir la course. Et quelques jours après, une seule pensée reste dans nos esprits : yiiiihaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa on l’a fait !!!!

Et c’est quoi votre temps ?

En ce qui concerne le résultat final, on ne s’en sort pas si mal finalement. Ligne franchit en 1h41’38 avec en temps intermédiaires : natation + T1 en 20’01, vélo + T2 50’34 et course de 5,3 km en 31’02. Ce qui nous vaut un classement en bas de tableau : 70 ème sur 75 équipes. Ah oui clairement on est loin, très loin du podium mais pour des novices et des non licenciées, ça nous va bien. D’autant que notre temps final n’est pas ridicule je trouve et petite satisfaction, on a réussi à ne pas terminer à la dernière place. Mais même si ça avait été le cas, peu importe, on a terminé et maintenant on sait ce que c’est que de faire un triathlon. Du moins un format S.

– Triathlon d’Echirolles –

Le triathlon d’Echirolles, c’est bien pour débuter ?

Alors oui et non. Je vais être honnête, si on a choisi le triathlon d’Echirolles, c’est vraiment pour le côté pratique de la localisation. Mine de rien, être à 5 minutes de la maison ça enlève du stress et de la logistique.  Pour faire simple, voici les points positifs et les points négatifs de ce triathlon :

+

  • A côté de la maison (si on habite Grenoble)
  • En équipe et mine de rien, les copines ça rassure
  • Natation en piscine, pas de différence avec l’entrainement (peut-être le bassin en 50m)
  • Arbitres et bénévoles très sympas et encourageants
  • Le parcours vélo bien équilibré avec plat, montée et descente
  • Un super ravito de fin
  • Départ en contre-la-montre, tu te sens moins nul(le) quand tu n’arrives pas après tout le monde
  • Des sportifs de haut-niveau pour prendre exemple (participation cette année de Dorian Conninx, Léo Bergère et Simon Vian avec une arrivée en 52’44)

  • Manque de clarté des infos sur le site de l’événement
  • Petit sentiment de solitude face à tous les clubs (98% au moins des participants sont inscrits en club)
  • La pression intra-équipe, comment faire quand tu es un boulet ?
  • Le parcours vélo avec une route très pourrie (beaucoup de trous et de travaux)
  • Manque de visibilité sur la ligne d’arrivée
  • Départ en contre-la-montre qui te fait sentir bien seul(e) par moment

Triathlon S Echirolles 3 C ratops

Triathlon S Echirolles arrivee

Et après ?

Comme Obélix, j’ai bien peur d’être tombé dans la marmite. Une fois qu’on a goûté au triathlon on ne peut que se demander quand sera le prochain. Ça tombe bien le triathlon du Salagou le 10 juin nous attend avec Chloé. Cette fois, le format sera différent. Plus petit avec 300 m de nage, 8 km de vélo et 2 km de course mais certainement plus physique, la rapidité sera la clé. J’ai vraiment envie de m’entraîner à tout donner et à ne pas garder de réserves pour ne pas être déçue à l’arrivée. Ce nouveau triathlon va être court mais intense et j’espère que mon corps va suivre dans cette nouvelle aventure. Ensuite viendra un nouveau défis avec plus de distance, mais aussi plus de montagnes et donc de montées. J’hésite encore sur le format mais ma raison au moment des inscriptions se laisse souvent convaincre par ma folie. Affaire à suivre …

Et vous, prêts pour un triathlon ?

 A très vite.

 

 

6 comments Add yours
  1. Ah le voilà ce petit bilan, super agréable à lire ! C’est top tu as l’air satisfaite de ce premier tri, ça m’encourage pour le mien, du coup il sera le 16 juillet en format S aussi (mais moi c’est 25km de vélo olala je vais être une vraie tortue), c’est acté !
    Je sens qu’il va m’arriver pleins de petites galères aussi mais bon si on réussissait tout du premier coup ça n’aurait aucun interêt !

    Maintenant, reste plus qu’à s’entrainer (pédaler, surtout pédaler!)

    1. Merci 🙂 C’est toujours positif de faire un petit bilan écrit, ça me permet de me rappeler ce que je dois améliorer ou continuer de faire pour les prochains..
      Trop bien pour ton triathlon, tu vas voir ça va bien se passer et sur le vélo quand y’a du monde autour en général on roule plus vite que d’habitude ahah
      Et pour les petites galères, j’ai envie de dire que c’était obligatoire pour moi (je suis un boulet vivant) mais au final ça rajoute des petites anecdotes à raconter. Et puis comme il n’y a pas de podium ou de chrono en jeu, ce n’est pas bien grave ^^

      Bon courage pour l’entrainement et tu me diras comment se sera passé ce premier tri..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *