Course des 2 plages, mon compte-rendu

St Gilles / Brétignolles, 30 avril

Cours Forrest ! Cours ! Et voilà, j’ai récidivé, j’ai participé à une nouvelle course. Pour être plus précise, la Course des 2 plages reliant Saint-Gilles-Croix-de-Vie à Brétignolles-sur-mer, soit 12,5km en longeant la côte Vendéenne.

Course des 2 plages _ Arrivee

Je ne faisais pas ma maligne sur la ligne de départ et je n’ai pas marqué les esprits en battant tous les records mais j’avais envie de partager ce moment avec vous.

Je vous avais parlé brièvement de ma toute première course, c’était à Boston, lors du défilé de la Saint Patrick où je partais pour un petit 5K. Puis avec les copines, on avait pris le départ de la Boston Color Run, toujours 5 kilomètres mais en version très fun. En cours de route j’ai, comme dirais mon père : « fait ma Camille ». C’est à dire que j’ai arrêté/repris/arrêté/repris, bref fait le yoyo avec la course à pied. Un coup motivée, un coup j’arrête tout et comme chaque fois il faut tout reprendre du début et ouch c’est dur !

En ce moment, je suis en phase Forrest Gump (ou presque) et j’ai beaucoup de plaisir à courir. Attention, ne m’imaginez pas en Usain Bolt, je suis plutôt la tortue du groupe mais plus ça va et plus mon mental s’endurcit pour me permettre de ne pas craquer et allonger un peu la distance.

Course des 2 plages _ Saint Gilles

Lors d’une visite inattendue à mes parents en Vendée le weekend dernier, une copine me propose de participer avec elle à La Course des 2 plages, une course assez populaire du côté de chez nous et qui relie 2 plages (d’où son nom) en utilisant le tracé de la piste cyclable. Au départ je dis non, 12,5km je n’ai jamais fait et pour moi, prendre le départ d’une course c’est la faire sans m’arrêter, sans céder à la tentation de marcher. Et puis il va y en avoir du monde que je connais, et si je n’arrivais pas au bout ? Et si j’étais la dernière ? Parce que oui, j’ai regardé les résultats de l’année dernière et la dernière senior fille fait 1h30, soit à peut près le temps que je mettrais (je vous ai dit que j’étais une tortue…). Et 1h30 quoi, c’est long ! Et 12,5km aaaah !

Et puis finalement j’ai réfléchi, c’est un parcours que j’ai fait plein de fois en vélo, c’est chez moi, le décor va être super chouette avec la mer en fond et j’ai déjà couru 10km. Ajouter 2,5km de plus ça ne parait pas si énorme. On ne me demande pas de battre le record (42min), seulement de m’amuser et de courir en terrain connu et en plus avec mes copines et surtout ma famille en supporters. Du coup me voilà le samedi soir à 18h à accrocher mon dossard et me mêler à plus de 700 autres participants. Autant vous dire que je ne faisais pas la fière et je gardais l’astuce de mon chéri en tête « au pire, si tu galère trop, accroche toi au petit papi qui fini dernier, tien lui la main à l’arrivée et fait comme si tu étais venu l’accompagner » ahah, la confiance règne.

– La course des 2 plages –

Je n’avais jamais vu le remblais de Saint-Gilles autant rempli hors de la période estivale. C’est vous dire si la course a pris de l’importance depuis sa création il y a 8 ans. A 20 minutes du départ on cherche une place parmi tous les coureurs qui sont au taquet. Grande question, on garde des manches ou pas ? Le soleil est présent mais le vent souffle et vu qu’on passe par un chemin de forêt, le doute est présent. Manque de bol, j’aurai mieux fait de faire confiance au soleil Vendéen et me mettre en T-Shirt. Trop tard pour changer d’avis et en plus, le manque d’expérience faisant, j’épingle le dossard en plein sur la fermeture de mon gilet, impossible donc de le mettre autour de ma taille. Bref, le speaker commence à s’agiter, les coureurs autour de nous aussi et plus on approche du départ plus mon coeur se met à battre fort.

Course des 2 plages _ Parcours

18h tout pile, top départ ! Je vous avoue ne pas comprendre ce qui m’arrive, je me fais emporter par la vague de coureurs et j’avance. Je sais que ma famille est là. Je repère ma maman, la paparazzi (qui elle ne me voit pas malgré mes grands coucou) et une de mes soeurs. Avec la foule je ne vois pas mon père ni mon autre soeur. Dommage mais maintenant, il est l’heure de se focaliser sur mon souffle et profiter du moment.

KM 1 : J’ai perdu les copines et mon appli m’annonce 5’40/km. Olala il faut que je me calme, je n’arriverai pas au bout avec un rythme pareil (même si j’aimerai bien, je suis réaliste, c’est bien trop rapide).

KM 2 et 3 : J’ai un peu chaud mais je ne peux pas enlever mon haut. La prochaine fois je ferais confiance à mon instinct et ça sera T-shirt. A part ça, je me sens bien même si je me fais pas mal doubler.

Depart Course des 2 plages

KM 4 : Je me marre toute seule en voyant un troupeau de vaches détaler alors que j’arrive. Il va vraiment falloir que j’arrive à respirer en faisant moins de bruit. Grand sourire quand j’aperçois mes parents et mes soeurs, c’est trop chouette de les voir autant impliqués dans ma course.

KM 5 : 31 minutes, je suis contente ça me fait un rythme d’environ 10km/h et je me vois bien continuer tranquille. Ravito. Je fais quoi ? Je bois ou pas ? Je m’arrête ? Je cours en buvant ? Dernière option vite oubliée, j’aurai été capable de m’étouffer. Et là, erreur, je m’arrête 10 secondes pour boire une gorgée. Il n’en aura pas fallu plus pour que mes pieds décident de ne plus s’irriguer. Mauvaise circulation bonjour.

KM 6 et 7 : Ce que je redoutais est arrivé, je ne sens plus mes pieds tellement j’ai des fourmis. Ca me l’a déjà fait 3 fois et ce n’est pas du tout agréable. J’ai un peu l’impression de courir sur du compensé et de ne pas sentir le sol. Je commence à me démoraliser et je ralenti peu à peu. Je me fais dépasser pas mes copines et n’arrive pas à les garder en vue, c’est dur.

Course des 2 plages

Course des 2 plages

KM 8 et 9 : Une fille vêtue tout de noir me rattrape et me dit de ne pas lâcher. Elle est calée sur mon rythme depuis le début et a peur de ne pas y arriver si elle ne m’a plus en ligne de mire. On papote un peu et je reprends du poil de la bête. Ca fait du bien de penser à autre chose et de courir au côté de quelqu’un. Merci Emmanuelle, sans toi, je ne sais pas si j’aurai réussi à me reprendre !

KM 10 : La bouée de Bréti ! Mon terrain de jeu du dimanche quand j’étais encore chez mes parents. Ca fait du bien de courir sur une surface connue. Fini le passage « forêt », on retrouve la mer qui est juste à côté. Fini aussi les petites montées et le faux plat. Au ravito je ne m’arrête pas, je continue et je profite de tous les encouragements pour accélérer un peu. 1h06 pour les 10km, un peu plus que mes 1h espérée mais mon souffle est bon, je suis contente et surtout je m’éclate.

KM 11 : Objectif la fille en rose ! Elle est devant depuis un moment et bien que ces supporters soient motivants, j’ai bien envie de la doubler quand même. Hop, une descente, c’est le moment. Je la dépasse (yes) et j’arrive au niveau de la Parée où une fanfare est là, j’adore !

KM 12 : J’ai l’impression de me faire arnaquer, les bénévoles me disent qu’il ne reste qu’un kilomètre mais l’autre d’avant aussi. C’est où l’arrivée ? Je tente d’accélérer encore un peu tant que le terrain et plat et j’aperçois au loin la plage avec les arches. Go ! Go ! Go !

Course des 2 plages _ Arrivee

500 derniers mètres : Je m’enfonce dans le sable. Mes mollets font la tête mais yihaaa j’arrive ! Je vois mes parents et ma soeur m’attrape par la main. Vite Camille, tu dois passer sous les 1h25 !! (Je lui avais dis que plus je serais un peu déçue).

12,5 km plus tard : J’ai réussi ! J’ai couru ces 12,5km sans marcher, sans m’arrêter. Avec le sourire et en plus en 1h23, soit 2 minutes de moins que ce que je pensais. Alors oui, c’est beaucoup, c’est long et je suis dans les derniers mais quel plaisir ! Un cadre vraiment chouette, un temps ensoleillé et des supporters au top qui étaient placés tout au long du parcours et n’hésitaient pas à donner de la voix (vive la solidarité féminine).

Course des 2 plages

A l’arrivée je retrouve mes copines qui ont terminées juste avant. Emmanuelle me rejoint la minute d’après et on se félicite. Je l’ai perdu au moment des ravitos mais elle m’a dit qu’elle me gardait dans son viseur et que je l’ai bien aidé à garder le rythme. C’est ça que j’aime aussi dans la course à pied. On se soutient et s’encourage même si on ne se connait pas car on est tous dans la même « galère ».

Si je suis dans le coin l’année prochaine je prendrais le départ avec beaucoup moins d’appréhension et encore plus de plaisir. Et pour continuer sur ma lancée, prochain dossard avec le #dubndiducrewgrenoble pour la Course de la Résistance ce dimanche sur un parcours de 8,5km au coeur de Grenoble à travers des lieux marquants de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Et vous, vous courrez ?
Vous prendriez le départ d’une course en sachant que vous finirez dans les derniers ?

 A très vite.mavielabas-running

Merci à ma maman pour les photos.

4 comments Add yours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *