Slider

Préparation PVT et Covid-19 : comment ça se passe ?

Grenoble, mars 2020

Le Coronavirus ou Covid-19 est sur toutes les lèvres. Ce satané virus qui circule à une vitesse folle a touché le monde entier en l’espace de quelques jours. Les mesures de confinement sont partout et n’épargnent personne, nous laissant tous perplexes et impuissants face à la propagation. Comme je reçois pas mal de messages en privé concernant notre départ, je vous explique un peu comment on prend la situation vis à vis de notre projet d’expatriation.

Aujourd’hui, 16 mars, on est déjà passé par pas mal de sentiments et les questionnements sont constants. Comment va se passer notre départ au Canada ? Va-t-il toujours avoir lieu ? Pouvons-nous, devons-nous partir ? Que va-t-il se passer ?

– Les prémices du Covid-19 –

Aux premières évocations du coronavirus en Chine, on s’interroge mais on vit la situation de loin, sans vraiment penser qu’il nous atteindra. On pense à une forte grippe qui fait des ravages mais on se dit qu’une solution sera trouvée.

Quelques jours après, on apprend que le virus arrive en Europe. Egoïstement, on commence à se dire que cette « grosse grippe » est peut-être plus dangereuse qu’il n’y parait. On vit cependant toujours la situation de loin, sans encore prendre la chose très au sérieux, d’autant que les médias s’emparent du sujet et commencent à instaurer un climat de psychose. Cette gestion de l’information m’agace au plus au point. J’ai arrêté de regarder les informations depuis un moment car ce n’était que peur, drames et mauvaises nouvelles. Dès qu’un malheur arrivait quelque part, hop il passait en boucle sur nos écrans, les informations données toutes plus morbides les unes que les autres et remplacées sans ménagement pour laisser place à une nouvelle source de terreur malsaine. Toujours plus d’idées noires, à croire que seuls les drames sont bons a être relayés. Bref tout ça pour dire que la surenchérisation de l’information provoque parfois l’effet contraire et qu’à la place de prendre le virus au sérieux directement, on a automatiquement relégué l’information comme « encore un sujet de buzz ».

Toutefois, alors qu’on tente de digérer l’information coronavirus, des dispositions sont prises. Les chinois qui sont loin de chez nous sont en confinement depuis un certain temps. Ce que l’on a retenu de la situation ? Ils n’ont plus de papiers toilette. On compati avec eux, on rit un peu de cette pénurie de PQ et on continu de voir les choses « de loin ». Le cheminement continu cependant son chemin.

Sauf que ce confinement arrive en Europe et plus précisément chez nos voisins les Italiens. L’Italie, ce pays qui se trouve à moins d’1h30 de Grenoble et encore moins à vol d’oiseau. Tout de suite, le Covid-19 devient encore un peu plus concret. Et pourtant, on ne réalise pas encore l’ampleur de la situation. Et si ce virus n’était pas tout à fait la grippe à laquelle on pensait ?

Preparation PVT Canada mavielabas covid-19

– La prise de conscience –

C’est quand mes premiers évènements (je travaille dans l’évènementiel) sont annulés que je commence à réaliser. Et encore… Mon côté égoïste et individualiste ne désire qu’une chose, qu’on arrête de nous embêter avec ce Covid-19 ! D’ailleurs je vois ce nouveau nom et mon cerveau s’embrouille. Le Covid-19 ? C’est quoi un second virus dévié du coronavirus ? Ah non, c’est le nom scientifique, ouf on a toujours qu’un seul et unique ennemi invisible mais pourtant meurtrier.

J’espère très fort que cette pandémie va s’arrête vite car j’ai envie de voir vivre ce pour quoi j’ai bossé depuis des mois et surtout j’ai un voyage qui se prépare ! Je reste encore détachée de la chose et je prends les choses peut-être bien trop à la légère. Mais je ne peux m’empêcher de penser à ce projet de vie, ce Canada qui nous attend.

Sauf que plus les jours passent, plus on s’aperçoit du sérieux de la chose. Le Covid-19 n’est pas une grosse grippe et se répand encore plus rapidement qu’on ne l’imaginait. Nous ne sommes pas les seuls à avoir pris ce virus « de haut » et maintenant que la situation semble nous échapper, on espère encore plus que le confinement jouera un rôle majeure dans l’arrêt de la propagation de ce satané virus.

Preparation PVT Canada Poutine mavielabas Montreal Covid-19

– L’effet boule de neige –

Le Canada qui se rapprochait à grand pas commence à devenir incertain. On avait pourtant bouclé la majorité des choses. La résiliation de bail pour notre appartement a été accepté, on a réussi à vendre nos meubles, les papiers ont été envoyés, l’assurance a été prise, il ne manquait plus que nos valises à boucler et les derniers jours de travail a effectuer et on était parti. Dans ma tête je me projetais déjà là-bas. Arrivée à Montréal le 5 mai, petit trip d’une semaine à Québec pour la course de la Clinique des Coureurs, et le début de notre nouvelle vie allait pouvoir commencer.

Nos plans étaient pourtant si bien rodés. Tout était calé. Et pourtant, j’avais oublié que la vie aimait me jouer de drôle de tours et que si tout était prévu en avance, les rebondissements font partis intégrantes de mon quotidien.

– Nos actions pour le PVT ? –

En soi, pas de raison de s’alarmer par rapport à notre projet PVT. Si on ne peut pas partir comme prévu, on repoussera. Oui mais, et oui, il y a un mais ! Je vous ai expliqué que le PVT s’obtenait par tirage au sort et que si on a eu la chance d’obtenir notre lettre d’invitation tous les deux, on ne l’a pas eu au même moment. La mienne est arrivée le 13 mai. J’ai donc, à partir de cette date, un an pour l’activer. Avec un départ prévu le 5, ça ne nous laissait pas énormément de marge de manoeuvre, mais à aucun moment on avait imaginé cette situation.

Au début de l’épidémie, je ne me suis pas trop inquiété. Quand Trump a annoncé la fermeture de la frontière des Etats-Unis, j’ai commencé à sérieusement m’interroger. Je fais quoi ? Je saute dans un avion, j’active mon PVT et je reviens en France jusqu’à nouvel ordre ? Est-ce que ça vaut vraiment le coup ? Est-ce que je ne risque pas malgré moi de transporter le virus et de le propager outre-atlantique bien que je n’ai aucun symptôme ?

Difficile de prendre une décision. Et surtout, difficile de réaliser l’impact du Covid-19 sur nos vies à tous. Partir au Canada avant le 5 mai aurait pu être une solution, mais au final, cela aurait-il servit à quelque chose ? Arriver à Montréal pour être mis en quarantaine ou devoir vivre sur nos économies n’auraient pas non plus été une arrivée dans les meilleurs conditions.

Concrètement, on garde nos plans comme ils sont et on croise les doigts au maximum pour que la situation s’améliore au plus vite et que le Covid-19 ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

Pour ma part, j’ai écrit un message à l’immigration via ce formulaire pour faire repousser la validité de ma lettre d’invitation de 3 mois. J’ai lu sur un forum que c’était possible, j’espère que oui, ça me permettra de souffler un peu et vivre plus sereinement les prochains jours.

EDIT : suite à ma demande hier, j’ai reçu un message à l’instant (soit 24h après) pour me dire que le nombre de demandes étant très important, « Nous ne pouvons donc pas vous assister en ce moment pour le traitement de votre dossier ».
En même temps, je ne suis pas encore dans une situation critique, mai est tout près mais pas tant que ça, donc je relancerais si nécessaire d’ici fin avril. Affaire à suivre…

– Et maintenant ? –

On attend. On attend et on se confine. On tente tout ce qui est en notre pouvoir pour faire taire ce virus qui nous pourri la vie. Fini de faire nos maudits français et de prendre les choses à la légère. Si le confinement permet de ralentir la propagation, alors faisons-le !

J’espère de tout coeur que cette pandémie va prendre fin. D’ici 30 minutes, le Président va parler et je me doute bien qu’on risque de devoir rester chez nous de façon plus drastique. Essayons de prendre les choses de la meilleure des façons. Prenons le temps de profiter de nos intérieurs et nos familles proches qui seront enfermées avec nous. Pour nous, ça sera cartons et gros tri de nos affaires (et boulot en télétravail aussi). De toute façon il fallait le faire. Espérons juste qu’on puisse déménager comme prévu…

Je vous tiens au courant pour l’éventuelle prolongation de validité de la lettre d’invitation qui me permettra ou non d’activer mon PVT après le 13 mai. Croisons les doigts !

Bon courage à tous, lavez-vous bien les mains et gardons le sourire !

A très vite !

Suivre:
Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!